Fiche métier :
Le métier de Growth Hacker

Growth Hacker

Venu tout droit des Etats-Unis, le concept de growth hacking s’est développé avec le web et notamment les “pure players” ; des sociétés, principalement des start-ups, présentes uniquement sur Internet. 

Dans un contexte ultra dynamique, concurrentiel et où tout va très vite, le ou la Growth Hacker est donc chargé(e) d’optimiser leur croissance (ou la “pirater”) grâce à toutes les ressources digitales et les techniques possibles. 

Fin stratège, réactif et créatif, le Growth Hacker est un métier ambitieux très polyvalent, où d’excellentes connaissances de l’environnement digital et technique sont indispensables.

 

Qu’est-ce que le Growth Hacking ?

Ce terme a été inventé par Sean Ellis en 2010, un marketeur qui a tout simplement redéfini son propre job ! Et ce rebranding a tout de suite séduit et surtout résonné au sein des start-ups de la fameuse Silicon Valley. 

Ce “piratage de croissance” serait ainsi la meilleure façon de développer une jeune entreprise, rapidement et de façon effective, le tout avec un budget limité. En gros, faire le maximum avec le moins possible. 

C’est un process d’expérimentation rapide qui permet d’identifier les meilleures stratégies de croissance (ou de “growth hack”) pour faire grossir votre entreprise rapidement à moindre coût.

 

En quoi consiste le métier de Growth Hacker ?

En réalité, un bon nombre de personnes faisait déjà du growth hacking avant que ce terme ne soit formalisé. 

Concrètement, un(e) Growth Hacker va imaginer et développer de nouvelles stratégies de croissance, et les tester en permanence afin de les adapter. 

C’est une fonction très large aux contours peu définis, car n’importe qui au sein d’une entreprise peut mettre en œuvre des stratégies de growth hacking : un chef de produit, un ingénieur, etc. 

Métier du digital, il se situe entre le marketing et le développement web. Si le/la Growth Hacker travaille bien souvent seul(e), il/elle peut travailler au sein d’une équipe si le projet est d’envergure. 

Pour optimiser la croissance de la société qui l’emploie, un(e) Growth Hacker peut être amené(e) à utiliser toutes les techniques de communication et de marketing propres au monde du digital : stratégie de contenus, inbound marketing, de marketing automation, emailing, webdesign, UX design, communication sur les réseaux sociaux, jeux-concours, publicité en ligne (SEA) ou SEO, financement (crowdfunding)… 

Le ou la Growth Hacker va utiliser toutes ces stratégies créatives de marketing digitale pour aider son entreprise à acquérir et à fidéliser leurs clients, à moindre coût.

 

Les missions du ou de la Growth Hacker 

Les missions du ou de la Growth Hacker peuvent se résumer ainsi :

  • Imaginer et développer des stratégies innovantes pour permettre une croissance exponentielle de l’entreprise,
  • Emettre des hypothèses, prioriser et tester les stratégies de croissance,
  • Piloter les stratégies et campagnes d’acquisition,
  • Analyser les résultats et adapter les stratégies.

Pour cela, un(e) Growth Hacker idéal est donc capable de :

  • Définir des priorités de croissance,
  • D’identifier les leviers de croissance et d’acquisition de clients,
  • Gérer et optimiser les budgets.

Il/ elle est régulièrement amenée à superviser le site web.

Ses missions et objectifs – généralement à court terme – en tête, le ou la Growth Hacker va faire appel à toutes les ressources et les techniques possibles qu’il ou elle a à sa disposition, tout en collaborant avec les équipes du marketing, la technique, la Direction, etc. 

 

Quelles sont les différences entre le growth hacking et le marketing… ?

La différence est parfois ténue, mais il existe toutefois plusieurs différences entre un growth hacker et un employé du marketing traditionnel.  

Selon Wad Van Gasteren, blogger et Growth Hacker bien connu sur internet, il existe 6 différences entre le marketing et le growth hacking :

  1. Un(e) Growth Hacker se concentre sur les prochaines opportunités de croissance, tandis que les spécialistes du marketing le sont davantage sur l’image de marque.
  2. Un(e) Growth hacker utilise l’intégralité du tunnel de vente pour convertir les prospects en clients et surtout les garder (lead nurturing), là où la plupart des spécialistes du marketing peuvent se contenter de développer la notoriété de la marque et l’acquisition de nouveaux leads. 
  3. Un(e) Growth Hacker fait de petites expériences : il essaye, teste, essaye, teste, parfois plusieurs mini-stratégies en même temps, pour voir lesquelles fonctionnent le mieux (A/B testing). Un spécialiste du marketing va travailler sur des projets sur le long terme. 
  4. Un(e) Growth Hacker est forcément orienté data et ce n’est pas toujours le cas dans les services marketing.
  5. Un(e) Growth Hacker a des compétences plus techniques qu’un marketeur classique : langages informatiques et de programmation, techniques et logiciel d’automatisation, etc.
  6. Un(e) growth hacker est davantage impliqué dans le produit/service.

 

Quelles sont les compétences et les qualités requises pour être Growth Hacker ?

Les compétences requises et nécessaires sont variées, elles dépendent du projet et de l’entreprise dans laquelle il/elle travaille, mais elles sont bien souvent celles que l’on demande à un Développeur Web, un Traffic Manager, un Community Manager ou un Content Manager ! Le ou la Growth Hacker est un véritable couteau-suisse ! 

Parmi ses qualités / compétences sont :

  • Esprit entrepreneurial, débrouillardise
  • Curieux.se et analytique, voire légèrement obsessionnel (!), 
  • Orienté.e résultat, à l’aise avec les chiffres,
  • Réactif.ve, dynamique, pugnace,
  • Créatif.ve, imaginatif.ve : une fibre artistique est la bienvenue
  • Excellent.e communicant.e, capable d’interagir avec les différents membres de l’équipe et transmettre ses idées, 
  • Avoir une âme de “geek” : passioné.e par et au fait des tendances, des évolutions et des comportements dans le monde du digital et du marketing,
  • Excellentes capacités et compétences techniques : codage et programmation, Google Analytics, optimisation des moteurs de recherche, requêtes SQL, logiciel de gestion de projet, etc. 

 

Quelle(s) formation(s) pour devenir Growth Hacker ?

Une formation supérieure directement après le BAC, spécialisée dans les métiers du digital et du marketing allant de Bac+2 à BAC+5 est un atout, mais bien souvent, les Growth Hacker sont autodidactes et c’est leur passion pour les usages du web qui les amènent à faire ce métier. 

 

Quel est le salaire d’un(e) Growth Hacker ?

Le salaire oscille entre 35k €/an pour un débutant jusqu’à 65k €/an pour un(e) Growth Hacker expert(e).

Envoyez-nous votre CV

Voici des annonces qui pourraient vous intéresser

Métiers Arts Graphiques / Communication
Vite, postulez !

Digital / Communication / PAO

Infographiste exécutant/digital H/F

Intérimaire Saint Cloud (92)

Métiers Arts Graphiques / Communication
Vite, postulez !

Digital / Communication / PAO

Exécutant packaging junior H/F

CDI Suresnes (92)

Métiers Arts Graphiques / Communication
Vite, postulez !

Digital / Communication / PAO

Chef de projet CRM junior H/F

Intérimaire Paris (75009)

Métiers Arts Graphiques / Communication
Vite, postulez !

Digital / Communication / PAO

Chef de fabrication H/F

CDI Saint Cloud (92)